Edwin Lerner

Le romancier français Émile Zola exilé à Londres

Remarque: Cet article de blog redigé par Edwin Lerner a été traduit de l’anglais en français par Mark Godowski.

***

Londres a toujours eu la réputation d’accueillir les exilés internationaux gênants. Un de ces exilés était l’écrivain français Émile Zola, arrivé à la gare Victoria le 19 juillet 1898 sans aucun bagage ni connaissance de la langue anglaise. Il passa sa première nuit à l’hôtel Grosvenor et déménagea plus tard dans le plus modeste Queen’s Hotel de Norwood.

J’y suis allé récemment pour prendre des photos et je fus heureux de voir qu’il y avait une plaque bleue en sa mémoire, même si elle était obscurcie par des échafaudages car l’hôtel était en rénovation.

Queen's Hotel in Norwood part of London where French novelist lived in exile. Photo Credit: © Edwin Lerner.
Queen’s Hotel à Norwood, un quartier de Londres où le romancier français a vécu en éxil. Crédit photo: © Edwin Lerner.

La cause de la fuite de Zola de sa France natale était la fameuse affaire Dreyfus. Un officier de l’armée française Alfred Dreyfus avait été condamné à la réclusion à perpétuité sur l’Île du Diable pour avoir transmis des secrets à l’Allemagne.

Un autre officier Georges Picquart avait produit des preuves qui montraient que le vrai coupable était Ferdinand Esterhazy mais, comme Dreyfus était juif, l’antisémitisme l’emporta.

C’est Zola qui fut condamné à un an de prison et qui se vit confisquer sa Légion d’honneur pour avoir attaqué l’institution militaire dans le célèbre article «J’Accuse! » Plutôt que d’aller en prison, Zola s’enfuit à Londres et y passa près d’un an avant de retourner dans sa France natale.

Dans le sud de Londres, Émile Zola écrivit l’essentiel du livre Fécondité et une nouvelle, Angeline, inspirée d’un conte local qu’il transposa en France. Il reçut la visite d’amis et de sympathisants ainsi que de sa femme et de sa maîtresse.

Queen's Hotel in Norwood area of London: Blue Plaque for Emile Zola.
Queen’s Hotel dans le quartier de Norwood à Londres: Plaque Bleue pour Emile Zola. Crédit photo: @ Edwin Lerner.

Zola avait une vie amoureuse compliquée mais il restait fidèle à la fois à son épouse Alexandrine, qui était sans enfant, et à sa maîtresse Jeanne, avec qui il eut deux enfants.

À Londres il s’ adonna à son passe-temps de la photographie et se familiarisa progressivement avec la langue bien qu’il ne put jamais supporter notre cuisine. (Un Français qui critique la cuisine anglaise? Incroyable!)

Finalement, l’innocence de Dreyfus devint évidente aux yeux de tous sauf les plus intransigeants et Zola retourna en France où il fut gracié. Cependant, il ne fut entièrement disculpé qu’en 1906, quatre ans après sa mort par empoisonnement au monoxyde de carbone.

La question de savoir si sa mort était un accident ou un meurtre reste ouverte, mais en 1953 le journal français Libération publia le compte rendu d’un aveu écrit sur un lit de mort qui affirmait que la cheminée de sa maison avait été bloquée par un anti-Dreyfusard qui travaillait sur le toit à l’époque.

Il n’est pas impossible que Émile Zola ait payé de sa vie pour avoir défendu un innocent.

On vous conseille de lire le livre de Michael Rosen «La disparition d’Émile Zola» pour en savoir plus sur Zola à Londres, et le roman de Robert Harris «Un officier et un Espion» pour l’histoire du rôle de Picquart dans l’affaire Dreyfus.

***

Remarque: Cet article de blog redigé par Edwin Lerner a été traduit de l’anglais en français par Mark Godowski.

Edwin Lerner

Named Edwin (an early king of Northern England) but usually called ‘Eddie’, I conducted extended tours around Britain and Ireland for the well-established company Trafalgar for many years but now work as a freelance guide and tour manager. I specialise in tours themed on cars, religion, music, theatre, literature…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Le Street Art à Londres en 10 points

Londres est en train de vivre une révolution. Cependant, il ne s’agit pas d’un problème politique, ni même d’une question sociale. Loin des machinations du gouvernement de Westminster qui dominent toujours les titres des journaux, loin des feux de la rampe des théâtres du West-End, c’est une révolution artistique qui est en cours à l'est de Londres. Les artistes, souvent incognito, se sont approprié ces quartiers branchés et pleins de caractère en décorant les murs de leurs œuvres inventives, talentueuses et parfois controversées.

Read more

Sortez des sentiers battus et partez à la découverte de 10 lieux incontournables dans l'East End londonien

Vous pensez avoir tout vu de Londres? Détrompez-vous! A deux pas du quartier d'affaires de la City, en vous dirigeant vers l'est, vous découvrirez un monde cosmopolite façonné au fil des siècles par les différentes vagues de travailleurs immigrés venus s'installer ici. Ma liste des 10 lieux incontournables de l'East End londonien vous fera découvrir les rues géorgiennes et victoriennes pleines de charme, les marchés animés et une vie nocturne trépidante. Je vous emmenerai aussi sur les pas de criminels notoires. De quoi en prendre plein les yeux!

Read more